Le monument aux morts de Bléneau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le grand traumatisme de la Première Guerre Mondiale, chaque ville ou village de France met un point d'honneur à commémorer, par l'érection d'un monument, ses enfants « morts pour la France ».

Bléneau n’échappe pas à la règle. Une souscription est lancée et le 30 décembre 1922, le conseil municipal, choisit l’emplacement actuel sur avis des anciens combattants, qui justifient ainsi leur choix :

« Nous avons l’honneur de vous faire connaître que nous estimons que ce monument serait parfaitement placé sur le champ de foire face à la Mairie et ce pour les raisons suivantes ;

  • Le terrain et le cadre s’y prête parfaitement.

  •  Cette place par suite de la proximité de la Mairie et des écoles peut être considérée comme l’un des points les plus fréquentés du pays.

  • Ainsi placé ce monument remplirait parfaitement le rôle qui est de rappeler à tous et plus particulièrement aux enfants les noms de ceux qui sont morts et pourquoi ils sont morts ;

  • Economie puisqu’en ce cas il n’y aurait ni terrain à acheter ni à aménager. »

 

Le 29 mars 1923, le Conseil se réunit et le compte-rendu précise :

Le Maire expose qu’il avait été décidé d’élever un monuments commémoratif de la grande guerre dont l’emplacement a été fixé par délibération du 30 décembre 1922, qu’en vue de cette érection 7000 francs ont été porté au budget additionnel 1922 somme qui sera reportée au budget supplémentaire de 1923 et 15000francs environ proviennent de souscriptions publiques soit au total 22000francs, le devis montant à la somme de 25000 f, les fonds se trouvent ainsi réunis moins la somme de 3000 francs qui pourrait être prélevée sur les fonds libres.

M. le Président ajoute que s’étant mis en rapport avec M Gourdon, entrepreneur de marbrerie à paris, celui-ci lui a présenté des plans, dessins et devis.

Le 28 octobre 1923, le conseil prend note de la fin des travaux :

Le Maire expose que le monument des enfants de Bléneau morts pour la France pendant la guerre 1914-18 étant terminé il demande à l’assemblée avant le règlement définitif avec l’entrepreneur, de vouloir bien se rendre sur place pour vérifier les travaux et procéder à la réception définitive

Le conseil s’étant transporté sur l’emplacement du monument et après avoir examiné les travaux

Attendu que l’ensemble est conforme au croquis dressé par l’entrepreneur ; que les dits travaux satisfont aux conditions du devis et se trouvent en bon état d’entretien

A l’unanimité des membres présents décide qu’il y a lieu d’en accorder la réception définitive

Il sera inauguré le 25 novembre 1923

                                                                          Le jardinet qui entoure le monument a une valeur symbolique ,  c'est un lieu enclos à caractère sacré. où l'on ne peut

 prétendre pénétrer.Il était autrefois entouré d'une grille

qui fut enlevée au début du 21ème siècle.

 

 

Le monument a été réalisé par

la Marbrerie - Urbain GOURDON, directeur  

22, rue Poussin à Paris

 

 

 

 

 

Sur un  piédestal,  un  Poilu avec drapeau  

pro patria n° 2027 du catalogue

Ce modèle a été exécuté à plus de

cent exemplaires à travers la France,

il pouvait être en bronze, galvano bronze

Marbre ou pierre;

La  sculpture très réaliste est en marbre

sculpté à Carrare. 

 

 

 

L'équipement du poilu  comprend la capote, ce grand manteau de drap bleu, le pantalon garance, le képi, le fusil Lebel, le bidon, la musette, le masque à gaz 

 Le Poilu est représenté en sentinelle. Ce poilu veille sur la France mais surtout il veille sur les morts et le respect de leur souvenir.

Dans d'autres monuments, le Poilu est triomphant. Ce poilu symbolise la bravoure des soldats et représente parfois un épisode de la guerre. 

Le Poilu  représenté mourant évoque la mort au combat, parfois de façon réaliste, c’est le cas à Treigny.

 Le Casque : ce casque, porté par les poilus pendant la guerre, symbolise le soldat français.

 

Les symboles

La Croix de guerre est la médaille

qui récompense les soldats méritants. 

 

 

Le Drapeau : Il rappelle le pays, la nation française.

Le Rameau d'olivier ou la Palme funéraire :

ces deux symboles se ressemblent beaucoup.

Le rameau d'olivier représente la paix.

Il est souvent associé à une colombe. 

La palme  en métal rappelle la mort :

on plaçait des palmes sur les cercueils

mais aussi la victoire et le sacrifice.

La Couronne funéraire symbolise  la mort

comme les palmes que l'on plaçait sur les cercueils.

La Couronne honorifique est le symbole

de la récompense dans l'Antiquité

elle est souvent faite de feuilles

de laurier et de chêne.

 

 

 

Les inscriptions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On se rend compte à quel point la première guerre mondiale a été meurtrière dans un village comme le nôtre.

 

Recueillement un  11 novembre des années 2000 ; le maire, Alain Drouhin, muni de son écharpe tricolore, les anciens combattants, les corps constitués, la population très nombreuse.

Monument aux morts1.jpg
Monument aux morts5.jpg
Monument aux morts10.jpg
Monument aux morts9.jpg
Monument aux morts8.jpg
Monument aux morts2.jpg
Monument aux morts3.jpg
Monument aux morts4.jpg
Monument aux morts7.jpg

© 2020 Mairie de Bléneau  Créé sur Wix.com